Une étude montre que le timing est essentiel dans le traitement de l'inflammation à la cortisone

Une étude montre que le timing est essentiel dans le traitement de l’inflammation à la cortisone

Accueil » Psychologie » Troubles mentaux » Enfant » Une étude montre que le timing est essentiel dans le traitement de l’inflammation à la cortisone

Qu’il s’agisse d’une blessure sportive, de microtraumatismes répétés ou de douleurs au genou, les préparations à base de cortisone sont souvent utilisées pour traiter les inflammations aiguës. Les maladies inflammatoires chroniques telles que l’asthme, le diabète et les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin sont également traitées avec des médicaments contenant de la cortisone ou des médicaments dérivés. En effet, ces médicaments ont généralement un effet anti-inflammatoire rapide.

Cependant, ils présentent également des inconvénients : leur efficacité thérapeutique est souvent limitée dans le temps, car ils fonctionnent très bien au début mais leurs effets bénéfiques diminuent au fil du traitement. En outre, des effets secondaires graves peuvent survenir, notamment l’ostéoporose, une susceptibilité accrue aux infections, des ulcères d’estomac et des troubles métaboliques.

“Lors de l’utilisation de ces préparations, il est donc important de limiter et d’optimiser leur utilisation”, explique le professeur Oliver Werz, professeur de chimie pharmaceutique/médicale à l’université d’Iéna. Mais quelle est la fenêtre de traitement optimale et quand l’utilisation de préparations à base de cortisone est-elle contre-indiquée ? Jusqu’à présent, il n’y a pas eu de réponse claire à cette question.

Dans une étude récente, le professeur Werz et le Dr Markus Werner de l’Institut de pharmacie, ainsi que d’autres chercheurs de l’université de Jena, de l’hôpital universitaire de Jena et de la Harvard Medical School (États-Unis), ont clarifié un mécanisme biochimique important expliquant comment la cortisone les préparations médient les effets de résolution de l’inflammation dans les cellules immunitaires humaines, ouvrant ainsi la voie à une utilisation optimisée de ces médicaments. Les chercheurs présentent leurs résultats dans PNAS.

La cortisone influence les enzymes

Au cours d’une réaction inflammatoire, les cellules immunitaires pro-inflammatoires apparaissent en premier, notamment les macrophages M1. Ils produisent des substances messagères pro-inflammatoires (prostaglandines et leucotriènes) qui déclenchent les symptômes typiques tels que la fièvre et la douleur. Après quelques jours, vient la deuxième phase, au cours de laquelle l’inflammation s’atténue. À ce stade, les macrophages de type « M2 » sont de plus en plus actifs et produisent des substances messagères qui résolvent l’inflammation (c’est-à-dire des résolvines).

“Dans des études sur des cultures cellulaires, nous avons pu montrer que la cortisone régule l’activité de certains gènes enzymatiques dans les cellules immunitaires, qui influencent le processus inflammatoire”, explique le Dr Werner. De cette manière, la cortisone induit la formation de résolvines résolvant l’inflammation dans les macrophages M1, qui apparaissent tôt, mais altère considérablement cette fonction dans les macrophages M2, qui apparaissent plus tard.

Cet effet est régulé par les enzymes 15-lipoxygénase, présentes sous deux formes dans les cellules immunitaires : 15-lipoxygénase-1 et 15-lipoxygénase-2. “Nous avons constaté que la cortisone régule positivement la 15-lipoxygénase-2 dans les macrophages pro-inflammatoires M1 de la phase inflammatoire précoce. Cette enzyme catalyse la formation de résolvines, arrêtant et résolvant ainsi les processus inflammatoires, qui sont en partie responsables des effets positifs de la cortisone”, dit le Dr Werner.

Dans le même temps, les expériences ont également montré que la cortisone supprime cette formation de résolvine dans les macrophages M2 qui résolvent l’inflammation, ce qui est important pour la guérison, en « éteignant » virtuellement la 15-lipoxygénase-1. “Cela explique pourquoi l’utilisation de cortisone dans la phase ultérieure des maladies inflammatoires ne conduit plus à un soulagement des symptômes et peut même être contre-productive et inhiber les processus de régénération”, ajoute le professeur Werz.

Du laboratoire au chevet

Après que les chercheurs aient décrypté les mécanismes au niveau de la régulation génique, ils ont prouvé ces effets dans d’autres études sur des cellules immunitaires provenant d’échantillons de patients. Ils comprenaient des patients de l’hôpital universitaire de Jena souffrant de maladies inflammatoires chroniques, telles que la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse, ainsi que ceux souffrant d’une inflammation aiguë sévère causée par le COVID-19, qui ont été traités avec des préparations à base de cortisone. Du sang a été prélevé chez ces patients avant et après l’administration du médicament et examiné en ce qui concerne les paramètres d’inflammation et les activités enzymatiques.

“Comme lors des expériences sur cultures cellulaires, nous avons pu détecter une nette augmentation de la 15-lipoxygénase-2 dans les groupes de patients traités à la cortisone”, note le Dr Benjamin Giszas, médecin à la Clinique de médecine interne IV. Giszas a supervisé les études dans le cadre de son projet Clinician Scientist.

Selon les chercheurs, leurs résultats suggèrent que le traitement des maladies inflammatoires pourrait être amélioré par une utilisation limitée dans le temps de la cortisone et par de nouveaux principes thérapeutiques basés sur la 15-lipoxygénase, avec moins d’effets secondaires liés à la cortisone.

Fourni par Friedrich-Schiller-Universität Jena

Publications similaires