Une étude révèle le rôle clé des informations à basse fréquence spatiale dans le conditionnement inconscient de la peur

Une étude révèle le rôle clé des informations à basse fréquence spatiale dans le conditionnement inconscient de la peur

Accueil » Parents » Infertilité » Une étude révèle le rôle clé des informations à basse fréquence spatiale dans le conditionnement inconscient de la peur

Les humains ont développé une capacité remarquable à apprendre sans effort quels stimuli dans leur environnement prédisent des menaces potentielles, ce qui leur permet de survivre dans un monde complexe. Selon la théorie de la préparation largement acceptée, on peut apprendre l’association entre des stimuli préparés émotionnellement (par exemple, des visages craintifs) et des résultats négatifs (par exemple, des chocs électriques) même lorsque ces stimuli échappent à la conscience.

Une équipe de recherche collaborative dirigée par les Profs. Jiang Yi et Wang Liang de l’Institut de psychologie de l’Académie chinoise des sciences (CAS) ont contesté cette théorie en suggérant que le conditionnement inconscient de la peur n’implique pas nécessairement des stimuli préparés émotionnellement, mais dépend fortement de la fréquence spatiale des stimuli. L’étude a été publiée dans Recherche.

La composante de fréquence spatiale est un facteur critique mais peu étudié dans le conditionnement inconscient de la peur. De nombreuses études ont montré que le traitement des stimuli liés à la menace peut reposer principalement sur les composantes de basse fréquence spatiale (LSF). Cependant, on ne sait toujours pas si la fréquence spatiale joue également un rôle important dans l’acquisition inconsciente réussie de la peur conditionnée.

Dans cette étude, les chercheurs ont utilisé des stimuli de réseau émotionnellement neutres comme stimuli conditionnés (CS) et ont manipulé leurs fréquences spatiales. Dans le même temps, ils ont utilisé le paradigme critique de la fréquence de fusion du scintillement pour manipuler la visibilité des stimuli. Les chocs électriques ont été utilisés comme stimuli inconditionnés.

En mesurant la conductance cutanée et les réponses des pupilles dans une série d’expériences, les chercheurs ont fourni des preuves convaincantes que l’apprentissage inconscient de la peur de stimuli émotionnellement neutres repose en grande partie sur les composants LSF.

Une étude révèle le rôle clé des informations à basse fréquence spatiale dans le conditionnement inconscient de la peur

CS+ émotionnellement neutre (associé à un résultat négatif) avec LSF, mais pas avec haute fréquence spatiale (HSF), a suscité des réponses de conductance cutanée (SCR) plus fortes et des diamètres de pupille plus grands que CS- (non associé à un résultat négatif). De plus, des associations de peur inconscientes ont été rapidement acquises au cours de quelques essais, mais progressivement habituées à mesure que le conditionnement progressait. Lorsque les stimuli inconditionnés étaient supprimés, le conditionnement de peur établi disparaissait rapidement.

En revanche, les stimuli HSF et LSF consciemment perçus ont suscité des différences similaires dans les SCR. De plus, le conditionnement de la peur s’est produit lentement et la peur conditionnée a été maintenue pendant plusieurs essais après la suppression du stimulus inconditionné.

Cette étude fournit des preuves solides que des stimuli inconscients émotionnellement neutres peuvent être efficacement associés à un résultat négatif. Cela montre également que le traitement de la peur inconsciente s’appuie davantage sur les informations LSF, alors que le traitement de la peur consciente n’a aucune préférence apparente pour la fréquence spatiale.

De plus, cette étude confirme que les réponses des pupilles sont aussi sensibles que les réponses de conductance cutanée et peuvent servir de mesures physiologiques efficaces pour évaluer le conditionnement inconscient de la peur chez les humains.

En conclusion, ces résultats apportent de nouvelles informations sur les mécanismes d’apprentissage de la peur inconsciente et révèlent le rôle critique de la fréquence spatiale dans le processus de conditionnement. De plus, ils contribuent à la compréhension globale des troubles anxieux ou des phobies.

Publications similaires