Une nouvelle recherche montre comment l'empathie peut être transmise socialement

Une nouvelle recherche montre comment l'empathie peut être transmise socialement

Accueil » Parents » Étapes » Enfant » Une nouvelle recherche montre comment l'empathie peut être transmise socialement

Les dernières évaluations des capacités empathiques du professeur Grit Hein remettent une fois de plus en question le vieil adage selon lequel « on ne peut pas apprendre de nouveaux tours à un vieux chien ». Il semble que non seulement les enfants mais aussi les adultes peuvent adopter des réponses empathiques de la part de leurs proches en plus de leurs prédispositions génétiques. Les adultes eux aussi sont malléables et peuvent apprendre à faire preuve de plus ou moins de compassion en observant les autres.

Le professeur de neurosciences sociales translationnelles au Centre de santé mentale de l'hôpital universitaire de Würzburg (UKW) a réussi à capturer ce phénomène social complexe à l'aide de modèles mathématiques, une procédure connue sous le nom de modélisation informatique, et l'a cartographié plastiquement dans le cerveau adulte à l'aide de méthodes fonctionnelles. Imagerie par résonance magnétique (IRMf).

Ses conclusions, publiées dans le Actes de l'Académie nationale des sciences, fournissent un mécanisme informatique et neuronal pour la transmission sociale de l'empathie, expliquant les changements dans les réponses empathiques individuelles dans des environnements sociaux empathiques et non empathiques. Grit Hein a, en un sens, formalisé le processus de transmission de l’empathie.

La transmission sociale de l’empathie a été testée dans diverses études. La question centrale de la recherche de Hein était de savoir si l'empathie, ou son absence, pour la douleur d'autrui, est socialement transmise. Dans un total de quatre études, les participants ont d'abord regardé des vidéos de mains recevant une stimulation douloureuse et ont indiqué leurs propres sentiments au cours de cette expérience sur une échelle d'évaluation.

Après avoir fourni leur propre note, on leur a montré les réponses empathiques ou non empathiques d'autres personnes aux mêmes vidéos. Enfin, les participants ont de nouveau évalué leur empathie, cette fois concernant la douleur d'une nouvelle personne. Grâce à cette configuration expérimentale, Grit Hein et son équipe ont pu tester comment et si l'empathie d'une personne change en présence de pairs empathiques et non empathiques.

La transmission de l'empathie repose sur l'apprentissage par renforcement observationnel

En observant les réactions empathiques des autres, les participants ont appris à être plus ou moins empathiques. “Les taux d'empathie ont augmenté ou diminué selon que des réactions empathiques ou non empathiques ont été observées. Il est intéressant de noter que la réponse neuronale à la douleur d'une autre personne a également changé”, explique Grit Hein.

Les changements neuronaux mesurés dans le scanner IRMf se reflétaient dans la connectivité altérée de l'insula antérieure, une région du cerveau associée au traitement de l'empathie. Les recherches de Hein et de son équipe démontrent que ces changements neuronaux peuvent être expliqués par des modèles d'apprentissage mathématique. Cela implique qu’une empathie accrue ou diminuée est véritablement induite par l’apprentissage des autres et n’est pas simplement une imitation ou affichée dans le but de plaire aux autres.

Investir dans un environnement empathique vaut la peine dans un contexte professionnel. Cela signifie-t-il que ceux qui souhaitent avoir une bonne équipe doivent créer un environnement propice ? “Absolument”, répond Grit Hein. “Il est essentiel de comprendre que les adultes peuvent apprendre ou désapprendre l'empathie par l'observation, même auprès d'individus qu'ils ne connaissent pas.”

Par conséquent, ceux qui créent un environnement de travail dépourvu d’empathie pour des raisons d’économies, de contraintes de temps ou de mauvaise gestion doivent être conscients qu’un tel comportement façonne les employés à long terme et, à son tour, affecte leurs interactions avec les clients ou les patients.

Des études antérieures ont montré que l'empathie positive peut se transformer en motivation prosociale, augmentant la coopération et la volonté d'aider. Cependant, une empathie excessive peut également conduire à une voie différente, provoquant du stress et pouvant entraîner un épuisement professionnel ou un retrait complet. De plus, l’empathie peut être perçue comme exigeante.

“Le respect est le terrain de l'empathie”

“La bonne nouvelle de nos études est que nous avons les moyens de façonner la capacité empathique des adultes grâce à des mesures appropriées dans les deux sens”, explique Grit Hein. “Il est possible d'apprendre l'empathie positive des autres. Cependant, pour que l'empathie prospère à long terme, elle nécessite une atmosphère de respect mutuel. On peut respecter quelqu'un sans avoir d'empathie pour cette personne, mais il est difficile de développer de l'empathie si l'autre personne n'est pas respectée en tant qu'être humain ou si le manque de respect est accepté dans la société.

Les interactions sociales complexes font partie des axes de recherche de Grit Hein. Pour comprendre ces interactions, il faut partir de manière très basique, établir les mécanismes fondamentaux et intégrer progressivement des facteurs sociaux comme des pièces de puzzle. Pour cette raison, la présente étude a été menée exclusivement auprès de femmes.

Cependant, l’effet de transmission de l’empathie sociale a été reproduit dans différents environnements (IRM et laboratoire) et auprès de participantes de différents âges et ethnies. Les participants européens et asiatiques, plus jeunes et plus âgés, ont répondu de la même manière.

Des études ultérieures sur l’empathie incluant des genres mixtes représentent une approche attrayante. Grit Hein étudie actuellement si le modèle peut également être appliqué à d'autres comportements sociaux, tels que l'égoïsme ou l'agressivité.

★★★★★

A lire également