Utilisation des médias sociaux liée aux comportements à risque pour la santé chez les jeunes

Utilisation des médias sociaux liée aux comportements à risque pour la santé chez les jeunes

Accueil » Parents » Étapes » Enfant » Utilisation des médias sociaux liée aux comportements à risque pour la santé chez les jeunes

L’utilisation des médias sociaux est associée à des comportements à risque pour la santé chez les jeunes, notamment une consommation accrue d’alcool, de drogues et de tabac, un comportement antisocial, des comportements sexuels à risque et le jeu, révèle une revue des dernières preuves publiées par Le BMJ aujourd’hui.

L’exposition à des contenus portant sur des comportements à risque pour la santé sur les réseaux sociaux, tels que la publicité sur l’alcool, présentait les preuves les plus solides de préjudice, notamment en ce qui concerne la consommation d’alcool et une alimentation malsaine. Les chercheurs affirment que des recherches supplémentaires sont nécessaires pour établir la causalité, comprendre les effets sur les inégalités en matière de santé et déterminer quels aspects des médias sociaux sont les plus nocifs.

L’utilisation des médias sociaux s’est rapidement développée et est désormais reconnue par certains comme une plateforme de promotion de la santé, mais des inquiétudes existent quant à leur impact potentiel sur les comportements à risque pour la santé chez les adolescents.

Des études antérieures ont identifié des liens néfastes entre les médias sociaux et certains comportements à risque, mais elles se sont concentrées uniquement sur les étudiants universitaires et collégiaux, n’ont pas étudié spécifiquement les médias sociaux et n’ont pas évalué la qualité des études.

Pour combler ce manque de connaissances, les chercheurs ont entrepris d’examiner l’association entre l’utilisation des médias sociaux et les comportements à risque pour la santé chez les adolescents (âgés de 10 à 19 ans).

Leurs résultats sont basés sur l’analyse de plus de 250 mesures des médias sociaux rapportées dans 73 études réalisées entre 1997 et 2022 auprès de 1,4 million d’adolescents (âgés en moyenne de 15 ans). La plupart des études ont été réalisées dans des pays à revenu élevé et étaient de qualité variable, mais les chercheurs ont pu évaluer la certitude des preuves à l’aide du système GRADE reconnu.

Leurs analyses ont montré que l’utilisation fréquente ou quotidienne des médias sociaux était associée à des risques plus élevés de consommation d’alcool (48 %), de drogues (28 %) et de tabac (85 %) par rapport à une consommation peu fréquente ou non quotidienne.

L’utilisation fréquente ou quotidienne des médias sociaux était également associée à des comportements sexuels à risque tels que le sexting, les relations sexuelles transactionnelles et l’utilisation irrégulière du préservatif (77 %), des comportements antisociaux tels que l’intimidation, les agressions physiques et les comportements agressifs/délinquants (73 %). et presque trois fois plus de chances de jouer par rapport à une utilisation peu fréquente ou non quotidienne.

L’exposition à des contenus portant sur des comportements à risque pour la santé sur les réseaux sociaux présentait les preuves les plus solides de préjudice, en particulier en matière de mauvaise alimentation et de consommation d’alcool, par rapport à l’absence d’exposition.

Pour la consommation d’alcool, des associations plus fortes ont été trouvées pour les adolescents âgés de 16 ans et plus et pour l’exposition au contenu généré par les utilisateurs par rapport au contenu généré par les spécialistes du marketing.

De plus, passer au moins deux heures par jour sur les réseaux sociaux double les risques de consommation d’alcool, contre moins de deux heures de consommation quotidienne.

Les chercheurs soulignent que la plupart des mesures des médias sociaux reposaient sur des souvenirs personnels et qu’ils ne peuvent pas exclure la possibilité que d’autres facteurs non mesurés, tels que les comportements à risque pour la santé des parents, puissent avoir influencé leurs résultats.

Néanmoins, il s’agissait d’une revue complète et les chercheurs ont pris des mesures pour minimiser l’impact de facteurs tels que les variations dans les conceptions des études et les biais de publication.

“Les comportements expérimentaux et à risque font partie intégrante de l’adolescence”, écrivent-ils. “Cependant, alors que les garanties d’un monde numérique évoluent encore, des précautions dans les secteurs universitaire, gouvernemental, de la santé et de l’éducation peuvent être justifiées avant que les risques liés à l’utilisation des médias sociaux par les adolescents ne soient pleinement compris.”

★★★★★

A lire également