Vaccinés moins susceptibles de développer un long COVID

Vaccinés moins susceptibles de développer un long COVID

Accueil » Santé » Vaccinés moins susceptibles de développer un long COVID

De nouvelles recherches révèlent que la vaccination réduit le risque de développer un long COVID. Rory Doyle/Bloomberg via Getty Images

  • Une nouvelle étude examine si la réception de deux doses d’un vaccin contre le coronavirus avant une infection par le SRAS-CoV-2 est associée à une réduction des symptômes longs du COVID après 12 semaines.
  • Les vaccins contre la COVID-19 administrés avant l’infection semblent efficaces pour résister à la longue durée de la COVID après des percées d’infection ou une infection après deux doses.
  • Ces résultats sont pertinents pour les initiatives de santé publique du Royaume-Uni visant à réduire la prévalence du long Covid dans la population britannique, en particulier dans les communautés défavorisées où la prévalence est plus élevée.

Note de l’éditeur : Nous avons mis à jour cet article le 9 mars 2022 pour mieux différencier les données obtenues par l’examen global et les données de l’une des études couvertes par l’examen.

Les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) décrivent le COVID long dans les termes suivants :

«Les conditions post-COVID sont un large éventail de problèmes de santé nouveaux, récurrents ou persistants que les gens peuvent rencontrer 4 semaines ou plus après avoir été infectés pour la première fois par le virus qui cause le COVID-19. Même les personnes qui n’ont pas présenté de symptômes de la COVID-19 dans les jours ou les semaines qui ont suivi leur infection peuvent avoir des conditions post-COVID. Ces conditions peuvent se présenter sous la forme de différents types et combinaisons de problèmes de santé pendant différentes durées.

L’Agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA) a récemment entrepris un examen rapide des preuves pour déterminer les effets des niveaux de vaccination sur le développement du syndrome COVID long ou des symptômes post-COVID au Royaume-Uni

Les résultats sont disponibles en ligne dans la bibliothèque UKHSA.

Une revue de données

Cette revue a synthétisé les preuves obtenues à partir d’une recherche rapide entreprise le 12 janvier 2022 pour identifier les études primaires liées à l’efficacité de la vaccination contre le long COVID. Sa fonction était de fournir des informations plus opportunes pour les décisions de traitement COVID par rapport aux revues systématiques standard qui peuvent prendre beaucoup plus de temps.

En décembre 2021, environ 2 % de la population britannique ont signalé de longs symptômes de COVID qui duraient parfois plus de 4 semaines après avoir contracté le SRAS-CoV-2 pour la première fois.

En janvier 2022, 16% des personnes au Royaume-Uni éligibles pour recevoir le vaccin n’avaient pas reçu de deuxième dose. Les personnes appartenant à des groupes minorisés et marginalisés ont les taux de vaccination les plus bas et ont tendance à avoir les taux de COVID-19 les plus élevés.

Avant l’examen actuel des données, il n’était pas clair si la protection de deux doses de vaccin anti-COVID avant une infection par le SRAS-CoV-2 réduirait la probabilité de développer de longs symptômes de COVID.

Les données suggèrent que les personnes vaccinées avec une ou deux doses des vaccins Pfizer, Astra-Zeneca ou Moderna, ou une dose du vaccin Janssen (Johnson & Johnson), avant l’infection étaient deux fois moins susceptibles de développer des symptômes de COVID long après l’infection. que les personnes qui ont reçu une dose ou qui n’ont pas été vaccinées.

L’efficacité des vaccins contre la plupart des symptômes longs de la COVID était la plus élevée chez les participants âgés de 60 ans et plus et la plus faible chez les personnes âgées de 19 à 35 ans.

La revue comprenait 15 études locales et internationales. Huit études ont examiné les effets des vaccins que les participants ont reçus avant de contracter le SRAS-CoV-2.

Sept études ont rapporté des personnes non vaccinées qui ont présenté de longs symptômes de COVID et ont ensuite reçu des vaccins.

Une étude particulière a examiné l’effet de la vaccination sur les longs symptômes de COVID chez des participants précédemment non vaccinés hospitalisés avec COVID-19.

Les chercheurs ont suivi ces personnes pour voir si elles sont restées non vaccinées ou ont continué à recevoir un vaccin.

Un mois après la vaccination, 23 % des participants ont signalé une amélioration des symptômes par rapport à 15,4 % des participants restés non vaccinés, et 25,6 % des personnes ont signalé une aggravation moindre des symptômes par rapport à 14,3 % des participants non vaccinés.

Effet de la vaccination sur le long COVID

L’une des études mentionnées dans l’examen a été dirigée par Daniel Ayoubkhani de l’Office for National Statistics (ONS). Le Dr Ayoubkhani a examiné l’effet de la vaccination sur les longs symptômes de la COVID. Les chercheurs ont administré une enquête sur l’infection au COVID-19 aux participants âgés de 18 à 69 ans qui ont été testés positifs pour le virus SRAS-CoV-2 entre avril 2020 et novembre 2021.

Cette étude comprenait 3 090 participants doublement vaccinés âgés en moyenne de 49 ans : 54 % étaient des femmes et 92 % étaient de race blanche. La durée moyenne de suivi après l’infection était de 96 jours.

Dans l’enquête, les personnes qui ont été doublement vaccinées 14 jours ou plus avant l’infection ont été comparées à celles qui ont reçu une dose ou qui n’étaient pas vaccinées au moment de l’infection.

Parmi les participants, 294 participants doublement vaccinés ont signalé des symptômes COVID longs (prévalence 9,5 %) contre 452 non vaccinés (14,6 %).

Ceux qui ont reçu deux vaccins contre le COVID-19 avant l’infection ont été associés à une diminution de 41 % des risques de développer de longs symptômes de COVID 12 semaines plus tard, par rapport au fait de ne pas être vaccinés au moment de l’infection.

Implications des résultats

Les données recueillies par l’examen ont prolongé les recherches antérieures et ont montré que le risque de développer de longs symptômes de COVID chez les personnes doublement vaccinées était d’environ la moitié de ceux qui n’étaient pas vaccinés.

Medical News Today s’est entretenu avec le Dr Davey Smith, professeur de médecine, spécialiste des maladies infectieuses et chef du département des maladies infectieuses et de la santé publique mondiale à l’UC San Diego à La Jolla.

Le professeur Smith a déclaré :

“Ce [review] fournit de bonnes preuves que le fait d’avoir une immunité préexistante avec la vaccination avant de contracter le COVID-19 offre une certaine protection contre le long COVID. Même si les vaccins COVID-19 ne peuvent pas complètement protéger contre l’infection, au moins ils protègent fortement contre les mauvais résultats comme l’hospitalisation et la mort pendant l’infection aiguë, et maintenant il semble qu’ils offrent également une certaine protection contre le long COVID.

Pour des mises à jour en direct sur les derniers développements concernant le nouveau coronavirus et COVID-19, cliquez sur ici.

Publications similaires