Vous pensez qu'être pilote de NASCAR n'est pas aussi exigeant physiquement que d'autres sports ?  Détrompez-vous

Vous pensez qu’être pilote de NASCAR n’est pas aussi exigeant physiquement que d’autres sports ? Détrompez-vous

Accueil » Nutrition » Healthy » Vous pensez qu’être pilote de NASCAR n’est pas aussi exigeant physiquement que d’autres sports ? Détrompez-vous

Imaginez un match NBA joué à l’extérieur. En août. À Phénix. Le pourboire est à midi. Il n’y a pas de délais d’attente. Il n’y a pas de mi-temps. Il n’y a pas de substitutions. Et les joueurs doivent porter des combinaisons de neige, des gants et des masques de ski.

Cela semble ridicule, non ?

Pourtant, les pilotes de voitures de course concourent régulièrement dans des conditions similaires.

Le 1er juillet 2023, pour la première fois en plus de 60 ans, NASCAR, la première série de stock car du pays, organisera une course dans les rues d’une ville américaine au Grant Park 220 à Chicago.

Les fans présents apprécieront à coup sûr le son, la vitesse et le spectacle. Mais combien comprennent vraiment la pression physique et mentale exercée sur les chauffeurs ?

Notre équipe de recherche de l’Université de Floride et de l’Université d’État du Michigan collabore avec NASCAR pour mieux comprendre les facteurs de stress vécus par les conducteurs sur la piste.

Nous avons appris que les pilotes professionnels ont besoin d’une endurance physique et mentale extraordinaire pour participer à des séries de courses majeures telles que NASCAR, IndyCar et Formule 1. Nos données montrent que les exigences métaboliques de la course automobile et du basket-ball sont similaires. Mais contrairement à d’autres athlètes, les pilotes de voitures de course s’affrontent avec un équipement de sécurité intégral tout en étant assis dans une voiture brûlante pendant des heures à la fois.

Pas la fourgonnette de ta mère

Les pilotes de voitures de course sont confrontés à des défis uniques qui nécessitent force, endurance et coordination œil-main.

Premièrement, l’effort physique de conduire une voiture de course est bien plus important que celui de conduire votre voiture familiale.

Les virages et les freinages nécessitent plus de force en raison des vitesses élevées et de l’ingénierie unique des voitures de course. Les conducteurs contrôlent le véhicule en engageant constamment les muscles des bras, du haut du corps et des jambes.

“Il y a un énorme rebond dans le volant”, a déclaré le pilote IndyCar Dario Franchitti dans une interview en 2012, “et il n’y a pas de direction assistée, donc chaque mouvement du volant nécessite beaucoup d’énergie.”

Après avoir été connecté à des capteurs pour suivre les contraintes et les contraintes qu’il a endurées pendant une course, Franchitti a appris qu’il devait générer 35 livres de force juste pour diriger et 135 livres de force pour freiner.

“Imaginez une ficelle attachée à votre main où vous devez constamment tirer ces 35 livres vers le haut ou vers le bas”, a-t-il ajouté.






De plus, les virages rapides et les freinages brusques créent des forces d’accélération, appelées forces G. Comme un pilote de chasseur à réaction dans un combat aérien, les forces G intenses empêchent les coureurs de maintenir leur posture et favorisent la fatigue musculaire. Il peut même devenir impossible de garder la tête haute.

Pour ces raisons, les conducteurs suivent un entraînement rigoureux pour renforcer les principaux groupes musculaires du cou, du haut du corps et des jambes tout en améliorant leur forme cardiovasculaire.

La chaleur est également un défi majeur pour les pilotes sportifs. Comme tout exercice, le travail de conduite d’une voiture de course amène le corps à générer de la chaleur métabolique. Dans la plupart des sports, les athlètes portent des vêtements légers qui favorisent le refroidissement par convection et l’évaporation de la sueur.

Ce n’est pas le cas en course automobile. La chaleur corporelle du pilote est emprisonnée par l’équipement de sécurité porté pendant la compétition pour se protéger contre le feu en cas d’accident. L’équipement comprend un maillot de corps long et un sous-vêtement ignifugé, une combinaison intégrale, des chaussettes et des chaussures de conduite, des gants, une cagoule ignifuge et un casque intégral avec protection oculaire fermée.

Des corps poussés à bout

Pour aggraver les choses, les conducteurs s’affrontent dans ce qui est essentiellement un four mobile.

Une énorme quantité de chaleur est générée par le moteur, l’échappement, les freins et les pneus de la voiture de course. Ces sources chauffent l’habitacle et le conducteur, en particulier dans les voitures à toit comme les stock cars. En été, les températures dans le cockpit peuvent dépasser 135 degrés Fahrenheit (57 degrés Celsius), entraînant une transpiration abondante, une déshydratation et même un coup de chaleur.

La plupart des voitures de course manquent de climatisation. Au lieu de cela, les technologies utilisées pour lutter contre la chaleur incluent des tuyaux qui apportent de l’air frais dans les casques des conducteurs et les chemises cool portées par les conducteurs. Les systèmes de boissons embarqués peuvent également fournir des liquides pour la réhydratation.

Les conducteurs et autres athlètes d’endurance métabolisent l’oxygène pour alimenter leurs muscles et réguler la température corporelle. En comparant les données entre les sports, mon collègue et moi avons constaté que les exigences métaboliques de la course automobile sont similaires à celles du basket-ball, du football ou de la boxe.

Fournir plus d’oxygène au corps du conducteur met le cœur à rude épreuve. Les conducteurs maintiennent souvent des fréquences cardiaques presque maximales pendant des heures de course.

Au-delà de la chaleur, d’autres aspects de la course sollicitent également le cœur.

Premièrement, il y a la vitesse. Plus une voiture de course roule vite sur une piste donnée, plus la fréquence cardiaque du pilote est élevée en raison d’un effort physique et mental plus important. La configuration de la piste de course est également importante. Par rapport aux pistes ovales, les fréquences cardiaques sont plus élevées sur les parcours routiers et les courses de rue. Cela reflète le travail supplémentaire requis pour les freinages brusques et les virages serrés.

Le stress mental de la compétition, aggravé par le risque imminent de blessure grave, peut faire battre le cœur comme un marteau-piqueur. La météo peut également jouer un rôle. Cela est particulièrement vrai pendant les chaudes journées d’été lorsque le cœur travaille plus fort pour réguler la température corporelle du conducteur. Même la voiture de course y contribue : au-delà de l’environnement chaud de l’habitacle, la voiture crée des vibrations qui stimulent également le cœur à battre plus vite.

La course de Chicago mettra en vedette tous ces défis, mettant un stress extrême sur les pilotes. Les pilotes piloteront des voitures à cockpit fermé roue contre roue à travers les méandres d’un parcours de rue inconnu en plein été. Ces athlètes doivent endurer tous ces défis pendant deux heures ou plus, tout en parcourant 220 miles (354 kilomètres) à des vitesses dépassant 100 mph (161 km/h).

Bien que le résultat soit imprévisible, les pilotes pousseront leur corps – en plus de leurs voitures – à leurs limites.

Publications similaires