Un groupe de travail mondial composé de scientifiques développe un cadre unificateur pour « l’affectome humain »

Un groupe de travail mondial composé de scientifiques développe un cadre unificateur pour « l’affectome humain »

Accueil » Psychologie » Troubles mentaux » Adulte » Un groupe de travail mondial composé de scientifiques développe un cadre unificateur pour « l’affectome humain »

Pour améliorer la compréhension scientifique actuelle de la façon dont nos sentiments, nos émotions et nos humeurs sont liées et impactent le comportement humain – connue dans le domaine sous le nom de « science affective » – un groupe de travail interdisciplinaire composé de 173 scientifiques de 23 pays a créé un cadre intégrateur qui englobe l’énorme éventail de phénomènes affectifs qui existent au sein de l’Affectome Humain.

Ce schéma organisationnel permet à des intérêts scientifiques très différents de se relier les uns aux autres dans le même cadre théorique, facilitant la collaboration, la traduction et l’application des domaines de recherche affective pour mieux comprendre et développer des traitements pour les troubles mentaux impliquant de graves altérations de l’humeur, de la dépression et de l’anxiété. . L’article de synthèse, dirigé par des chercheurs de l’École de médecine Icahn du Mont Sinaï, décrivant ces efforts apparaît dans Neurosciences et revues biocomportementales.

Des milliers de mots sont couramment utilisés dans le langage pour décrire nos sentiments, nos émotions, nos humeurs et nos expériences sensorielles comme les odeurs, les sons, les goûts et les images visuelles. Ces expériences de vie quotidiennes ont un impact significatif sur la prise de décision et le comportement.

Cependant, elles relèvent de nombreux domaines d’étude fragmentés, de sorte que les neuroscientifiques ont été confrontés à un défi de longue date pour trouver un cadre complet et intégrateur pour ces expériences qui puisse servir de point focal commun pour la recherche. Bien que de nombreux modèles aient été proposés, un large consensus en faveur d’au moins un cadre unificateur qui hébergerait ces modèles s’est révélé difficile à atteindre et de nombreuses perspectives concurrentes existent isolément.

Pour résoudre ce défi, le Human Affectome Project a été lancé en 2016 par Neuroqualia, une organisation canadienne à but non lucratif. Le groupe de travail a initialement utilisé une approche linguistique informatique pour parcourir les données de plus de 4,5 millions de livres contenant près d’un demi-billion de mots afin d’identifier plus de 3 600 mots en anglais qui décrivent des sensations, des émotions et des humeurs.

Ensuite, 12 équipes de chercheurs ont examiné une grande partie de ce qui est actuellement connu sur les sentiments, les émotions et les humeurs du point de vue des neurosciences, tout en examinant simultanément les termes linguistiques couramment utilisés pour décrire ces expériences. Le groupe a ensuite développé un modèle qui situe ces expériences dans un cadre unificateur unique. Cette synthèse finale, qui constitue un effort de synthèse, a été dirigée par Daniela Schiller, Ph.D., professeure de neurosciences et de psychiatrie, et Alessandra C. Yu, titulaire d’un doctorat. candidat au laboratoire Schiller à Icahn Mount Sinai, et Leroy Lowe, Ph.D., président de Neuroqualia.

Dans cette première tentative de modélisation de l’affectome humain – le cadre conceptuel qui englobe toutes les expériences affectives – chaque expérience est marquée par sa valence (positive ou négative) et le degré selon lequel elle est associée aux niveaux d’énergie ou à l’excitation. L’éventail complet de ces expériences est regroupé en préoccupations physiologiques (les plus immédiates, comme la sensation de faim), opérationnelles (survenant lors de l’interaction avec l’environnement, comme la peur) et globales (nos perspectives globales et notre bien-être).

Au cœur de ce cadre se trouve la compréhension du fait que les individus surveillent et gèrent simultanément diverses préoccupations dans leur propre zone de confort. Lorsqu’ils sont confrontés à des expériences qui sortent de ces zones de confort, cela crée du stress et déclenche des comportements réparateurs qui visent finalement à préserver notre bien-être.

Ce cadre sera particulièrement utile pour ceux qui étudient les troubles de santé mentale impliquant de graves altérations des émotions et de l’humeur, comme la dépression et l’anxiété. Cela aidera également les chercheurs à mieux comprendre comment les sentiments, les émotions et les humeurs affectent la prise de décision et le comportement humain, ce qui est particulièrement important dans de nombreux domaines. Enfin, cela a également d’énormes implications dans le domaine de l’intelligence artificielle, où les chercheurs se concentrent sur la création d’ordinateurs et de robots capables d’imiter les sentiments et les émotions humains pour une grande variété de tâches.

“En tant que neuroscientifiques, nous nous concentrons normalement sur les processus cognitifs et les mécanismes cérébraux qui sous-tendent des aspects spécifiques de l’expérience affective. Il a donc été très rafraîchissant et extrêmement utile de collaborer avec ce groupe pour développer un cadre pouvant héberger toutes les expériences affectives avec une terminologie unificatrice. et un accord sur leur objectif », a déclaré le Dr Schiller.

“Le travail est vaste, mais c’est la première fois que nous disposons d’un cadre unificateur qui rassemble toutes ces composantes. Dans ce cadre, nous pouvons désormais comparer différents modèles et les organiser en fonction de leur niveau d’investigation et En ce sens, il s’agit d’un effort véritablement unificateur : il ne fournit pas un modèle gagnant mais rassemble plutôt des modèles et des lignes de recherche concurrents, afin que nous puissions désormais les construire dans une compréhension intégrative de l’affectome humain dans son ensemble. Nous espérons que ces travaux dynamiseront les discussions et susciteront des collaborations entre de nombreux chercheurs.

★★★★★

A lire également