La découverte du rôle des lymphocytes T dans la maladie d'Alzheimer, maladies apparentées, suggère une nouvelle stratégie de traitement

L’immunodéficience nutritionnelle acquise (N-SIDA) s’avère être le principal moteur de la pandémie de tuberculose

Accueil » Santé » Maladies » L’immunodéficience nutritionnelle acquise (N-SIDA) s’avère être le principal moteur de la pandémie de tuberculose

La tuberculose (TB) est la première cause de mortalité infectieuse dans le monde, avec 10,6 millions de cas et 1,6 million de décès rien qu’en 2021. Un cas incident de tuberculose sur cinq était imputable à la malnutrition, soit plus du double du nombre attribué au VIH/SIDA. Comme le VIH/SIDA, la malnutrition est une cause d’immunodéficience secondaire, connue sous le nom de syndrome d’immunodéficience nutritionnellement acquise (N-SIDA). Cependant, le N-SIDA reste le cousin négligé du VIH/SIDA dans les efforts mondiaux d’élimination de la tuberculose.

Dans un article de synthèse dirigé par Madolyn Dauphinais, MPH, des chercheurs de la faculté de médecine Chobanian et Avedisian de l’université de Boston ainsi que des collaborateurs de l’université Cornell, de l’université de Virginie, de l’Union internationale contre la tuberculose et les maladies pulmonaires, et de l’institut Jawaharlal de formation médicale postuniversitaire et La recherche a examiné des décennies de données et a démontré que le N-SIDA, tout comme le VIH/SIDA, mérite également une attention particulière dans les efforts visant à éliminer la tuberculose.

“Bien qu’il y ait eu d’importants progrès technologiques pour détecter et traiter la tuberculose, notre interprétation de la littérature existante est que nous ne pourrons pas apporter de changements substantiels dans les taux d’incidence et de mortalité de la tuberculose sans agir sur la malnutrition”, explique l’auteur correspondant Pranay Sinha, MD, professeur adjoint de médecine à l’école.

Après avoir lu plus de 75 articles sur la nutrition et la tuberculose, les chercheurs évoquent brièvement l’impact des actions contre le VIH sur la pandémie mondiale de tuberculose. Ils soulignent que la malnutrition est la principale cause d’immunodéficience dans le monde.

“Les personnes souffrant de malnutrition sévère, comme les personnes séropositives, courent un risque accru de tuberculose. Nous pouvons tirer parti de ce que nous savons déjà sur la malnutrition pour nous aider à détecter, traiter et prévenir la tuberculose”, explique Sinha, qui est également médecin spécialiste des maladies infectieuses. au centre médical de Boston.

Même si les chercheurs estiment qu’il est urgent de continuer à développer de nouveaux outils, les approches ne doivent pas se limiter au domaine biomédical. Par exemple, une étude incluse dans leur revue a révélé que l’incidence de la tuberculose parmi les contacts familiaux des personnes atteintes de tuberculose était réduite de 40 % en leur fournissant un panier alimentaire peu coûteux.

“Il est important que le public profane comprenne que la tuberculose n’est pas simplement une maladie médicale ; c’est une maladie sociale, et nos efforts d’élimination doivent le reconnaître”, ajoute-t-il.

Selon les chercheurs, l’action contre la malnutrition aura également plusieurs avantages au-delà de la tuberculose. Tout au long de leur article, ils explorent l’idée de tirer parti des interventions nutritionnelles pour détecter, prévenir et traiter la tuberculose plus efficacement. Ils pensent que ce document aidera les défenseurs, les cliniciens, les décideurs politiques et les électeurs à penser différemment la gestion des personnes atteintes de tuberculose ainsi que les investissements sanitaires mondiaux nécessaires pour l’éradiquer.

Cet article apparaît en ligne dans BMC Global et Santé publique.

★★★★★

A lire également